in

Gnaoua

Le Gnaoua au Maroc : Musique, Spiritualité et Patrimoine Culturel Immuable

Le terme “Gnaoua” (sing. Gnaoui) désigne à la fois un style musical distinct au Maroc et les membres d’origine d’Afrique subsaharienne, principalement les descendants d’esclaves, réunis dans des confréries musulmanes mystiques où la transe joue un rôle crucial. Cette culture singulière trouve sa place à la croisée des peuples berbères, des peuples d’Afrique subsaharienne, de la religion islamique, de leurs traditions religieuses, et de leurs instruments musicaux.

Gnaoua Racines

Origines et Étymologie

La musique et les rituels gnaouas trouvent leurs origines dans les cultes d’adorcisme sahéliens, réadaptés par les descendants d’esclaves subsahariens au Maroc. Pour survivre, ces pratiques ont dû s’adapter à l’Islam, adoptant la religion tout en préservant leurs traditions. Certains rituels intègrent même des éléments du judaïsme, mettant en avant des figures comme Moïse et la Baraka de saints juifs marocains.

Des rituels similaires existent en Algérie (diwan ou gnawi algérien), en Tunisie (le stambali), en Égypte (le zār), et en Libye. Les similitudes avec les confréries soufies maghrébines soulignent une parenté spirituelle plutôt qu’un simple syncrétisme.

L’étymologie du mot “Gnaoua” remonte à l’expression berbère “akal n ignawen,” signifiant “pays des Muets,” faisant référence aux esclaves subsahariens qui, ne parlant pas berbère, étaient appelés “Gnaoua,” signifiant “homme noir” ou “venant du pays des Noirs.”

Organisation et Rituels

Les Gnaouas sont regroupés en confréries, désignées par le terme “dar” ou “zaouiya” au Maroc et “M’hella” ou “Wali” en Algérie. Les rituels, centrés sur la musique, impliquent des maîtres musiciens, des joueurs d’instruments, des voyantes-thérapeutes, des médiums, et des adeptes. Ils pratiquent des rites de possession syncrétiques, appelés “lila de derdeba.”

La “M’hella” représente le matériel nécessaire aux rituels, comprenant des instruments tels que le guembri, des castagnettes en métal (qraqeb), des tambours (tbals), des tenues multicolores, des couteaux traditionnels, des drapeaux, etc.

Musique Gnaoua

La musique gnaoua, également appelée “tagnaouite,” est ancrée dans l’histoire et la spiritualité. Les instruments typiques comprennent le guembri, les qraqeb, et le tambour. Les rythmes et les sonorités envoutantes conduisent à des transes prolongées. La musique gnaoua s’internationalise grâce à des collaborations avec des artistes occidentaux comme Jimmy Page et Robert Plant (Led Zeppelin), Bill Laswell, et Randy Weston.

Patrimoine Culturel Immuable

En 2019, le Gnaoua a été inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO, soulignant son importance dans la préservation de la diversité culturelle.

Artistes Gnaouas et Festivals

Des artistes renommés comme Nass El Ghiwane, Mâalem Abderrahman Paco, Mâalem Mahmoud Guinia, et Mâalem Omar Hayat ont contribué à populariser la musique gnaoua. Des festivals tels que le Festival des Gnaouas d’Essaouira offrent une plateforme où les genres musicaux se mélangent, soulignant l’aspect universel de la musique gnaoua.

Perspectives et Préservation

Bien que certains puristes craignent la commercialisation excessive du style, l’intérêt croissant des artistes internationaux offre aux gnaouas une reconnaissance mondiale. La musique gnaoua, à la fois mystique et festive, continue d’enrichir la scène musicale mondiale tout en préservant son héritage culturel immuable.

Le Gnaoua est bien plus qu’une musique ; c’est un lien entre les continents, un héritage vivant qui transcende les frontières pour unir les âmes dans un rythme envoûtant.

Gnaoua

Préservation et Diffusion Mondiale

Le Gnaoua, inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, bénéficie d’une reconnaissance internationale, témoignant de son rôle crucial dans la préservation de la diversité culturelle. La musique gnaoua, autrefois confinée aux rituels mystiques, s’est ouverte au monde grâce à des enregistrements réalisés à partir de 1975 sur cassettes audio.

En France, par exemple, elle est surtout portée par des artistes algériens tels que Gnawa Diffusion ou l’Orchestre National de Barbès, qui ont émergé des grands centres urbains français tels que Paris, Lyon et Marseille. Ainsi, des standards de la musique gnaoua tels qu’ “Allah Allah Moulana” se retrouvent dans de nombreuses compositions internationales.

Résonance et Fusion des Cultures

L’étude comparée des structures musicales des Gnaouas et des musiques du Golfe de Guinée révèle des similitudes intéressantes. Au niveau rythmique, certaines compositions gnaouas présentent des polyrythmies binaires et ternaires, une caractéristique partagée avec les musiques du golfe de Guinée. Cette similarité suggère une fécondation réciproque des cultures entre les deux rives du Sahara, soulignant la richesse de la contribution africaine à la culture du Maghreb.

Des artistes internationaux tels que Jimmy Page et Robert Plant (Led Zeppelin), Bill Laswell, Adam Rudolph, et Randy Weston ont contribué à l’internationalisation de la musique gnaoua, en fusionnant son essence avec d’autres genres tels que le jazz, le blues, et le reggae.

Gnaoua; Défis et Opportunités

Certains puristes au Maroc craignent que la commercialisation excessive ne dénature le style gnaoua. Cependant, d’autres saluent l’intérêt croissant des artistes internationaux, qui offre aux musiciens gnaouas une notoriété et une reconnaissance internationale, ainsi que des perspectives financières améliorées.

Festivals et Rituels

Les festivals gnaouas, tels que le Festival des Gnaouas d’Essaouira, vont au-delà des simples concerts. Ils intègrent des processions et des cérémonies discrètes, offrant une expérience complète de la richesse culturelle et spirituelle des Gnaouas. Les moussems, événements pour initiés liés à la communauté gnaoua, sont également des occasions pour des rituels et des sacrifices publics ou privés.

Conclusion

Le Gnaoua, bien plus qu’une expression musicale, est un témoignage vivant de la diversité et de la richesse culturelle du Maroc. À travers la fusion des traditions africaines et maghrébines, la musique gnaoua transcende les frontières, créant un pont entre les continents. Alors que la communauté gnaoua fait face à des défis contemporains, son héritage immuable continue de vibrer dans chaque note, chaque transe, et chaque rituel, faisant du Gnaoua un patrimoine culturel d’une importance exceptionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Artisanat Marocain : Éclat Touristique et Essor Économique

Startup Maroc

Startup Maroc