in ,

Culture et coutumes du Maroc

Culture et coutumes du Maroc
Culture et coutumes du Maroc

Comme tous les autres pays, le Maroc est spécial avec sa propre culture. C’est aussi un lieu d’acceptation des différences. Nous vous parlerons de ses propres caractéristiques authentiques, mais aussi de la réalité où le Maroc est devenu un pays où vous trouverez une étreinte d’autres cultures et traditions et même une pratique dans certains coins. Ce pays a vraiment connu le sens de la multitude, étant donné que sa culture a beaucoup changé au cours de l’histoire.

En voyageant à travers le Maroc, vous découvrirez que c’est une terre d’art et d’histoire, le pays à lui seul a accueilli des Berbères, des Phéniciens, des Arabes, du Sud (Africains subsahariens) et du Nord (Romains, Vandales, Espagnols-Andalous, musulmans et juif) : cependant, la majorité de la population marocaine est berbère et arabe par identité, et au moins un tiers de la population parle la langue amazighe.

Pourquoi le Maroc est-il bien connu ?

Peuple marocain

Les Marocains sont les habitants et les citoyens du Maroc, la plupart d’entre eux sont d’origine berbère ou arabe. il y a 38 millions de marocains dans le monde, environ 33 millions vivent au Maroc et environ 2,5 millions vivent en France et en Espagne.

Valeurs et attitudes marocaines

Le peuple marocain suit les principes de l’islam, les familles marocaines ont une base solide dans l’unité, quelle que soit la famille nucléaire ainsi que la famille élargie. Les enfants sont censés prendre soin de leurs parents lorsqu’ils vieillissent, il y a donc très peu de maisons de retraite par rapport à la culture occidentale.

Vêtements traditionnels

Notre robe traditionnelle ici est la Djellaba, bien que ce ne soit pas celle que portent les jeunes de nos jours. Il y a aussi le Caftan que l’on porte aussi lors des mariages ! Habituellement, ceux-ci sont portés avec des «Balgha» (pantoufles plates en cuir), mais lors des mariages, les femmes portent des caftans ou des takchitas à talons.

Mariages marocains

Les mariages marocains sont hors de ce monde ! Un marié est tenu de donner à sa fiancée des cadeaux spéciaux avant le grand jour comme du sucre ou du henné ainsi que d’autres cadeaux choisis par lui. Deux jours avant le mariage, la coutume veut que la mariée se rende au hammam marocain traditionnel (sauna) avec ses proches.. car c’est considéré comme un acte de purification où ils chantent ensemble des chants traditionnels. La prochaine cérémonie qui a lieu utilise le célèbre henné marocain. Ils demandent à un professionnel de dessiner des symboles significatifs sur les mains et les pieds de la mariée. Les cérémonies diffèrent selon les villes, mais ce qui ne change jamais, c’est le fait que le mariage marocain dure au moins quatre à huit heures et qu’ils utilisent Negafa (une femme qui propose des services de maquillage) pour prendre soin de la mariée et de son apparence. Ils utilisent également une Amariya (chaise ornementale traditionnelle) pour la mariée et le marié. Alors qu’ils les soulèvent dans ce qui semble être une sorte de chaise.

Toutes ces choses sont considérées comme des traditions : Que ce soit les mariages ou la musique que l’on appelle « Dekka El Merrakchya » ou le Henné que vous trouverez offert partout dans les rues ou encore verser le thé en faisant « Rezza » . Traditions marocaines sont certainement uniques en leur genre ! Et ce sont ces traditions qui font véritablement la culture marocaine.

Cuisine marocaine

La première chose à laquelle tout marocain commencera à vous parler lorsque vous lui demanderez d’où il vient, c’est la nourriture ! Oui, la nourriture : croyez-le ou non, il est difficile de décrire la cuisine marocaine avec des mots seuls. Des Pastilas aux Tajines en passant par les Couscous, les plats vous charmeront ! Ils sont non seulement bien cuisinés mais aussi immensément détaillés. Surtout les épices ! Demandez à n’importe quel Marocain et il vous dira que savoir comment travailler les épices est la partie la plus importante de la cuisine marocaine.

Les épices les plus couramment utilisées sont le cumin, le sel, le poivre, l’origan, le persil, la coriandre, le carvi et même la menthe ! Viennent ensuite le gingembre, le paprika, le curcuma et le safran. La chose la plus essentielle que vous devriez savoir sur les épices marocaines est peut-être que nous avons notre propre épice appelée «Ras El Hanout». Cette épice est composée de 27 autres épices différentes

Aujourd’hui, la cuisine marocaine est typiquement un mélange de cuisine méditerranéenne, arabe, andalouse et berbère. Il est fortement influencé par ses interactions et échanges avec d’autres cultures ce qui ne fait que montrer à quel point le Maroc est multiculturel ! Ce qui précède n’est qu’une introduction à la cuisine marocaine. Si vous prévoyez de nous rendre visite prochainement, pensez peut-être à essayer les plats suivants : Bissara qui est une soupe de fèves séchées, Harira qui est riche en tomates, lentilles, pois chiches et agneau, le tout relevé d’un filet de jus de citron et coriandre, Tajine qui est probablement le premier plat que vous devriez essayer ! essayez Couscous ensuite. Et last but not least, Maakouda (une galette de pomme de terre) ! Mais ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est que même s’il ne s’agit que d’un seul pays, vous trouverez chacun de ces plats cuisinés différemment dans certaines villes et dans chaque foyer. C’est probablement pourquoi vous devriez venir vous-même et vérifier de quoi nous parlons ! Rassurez-vous, vous serez chaleureusement accueilli.

Architecture marocaine

L’architecture marocaine a été fortement influencée par de nombreux styles architecturaux tels que l’architecture arabe pour les fontaines, la conception géométrique et la calligraphie islamique, les techniques persanes pour le concept de carrelage (Zellige), l’architecture Al-Andaluz (sud de l’espagnol) pour les jardins et les arches andalouses. Les bâtiments plus récents sont influencés par l’architecture française en raison de l’occupation du Maroc par la France en 1912. Cela dit, les bâtiments plus modernes conservent une combinaison équilibrée de tous ces styles d’architecture.

Musique marocaine

La musique marocaine est l’un des aspects fondamentaux de la culture marocaine. Il existe de nombreux styles musicaux différents au Maroc, chacun avec sa propre histoire. Vous pouvez trouver de la musique amazighe du Rif, de la musique andalouse de Rabat, Fès et Oujda, du chaabi de l’Atlas, des Ahidous du Souss ainsi que du Gnawa et bien d’autres.

L’hospitalité marocaine

C’est une autre des caractéristiques du pays, l’hospitalité de ses citoyens. Les Marocains sont probablement parmi les personnes les plus gentilles que vous rencontrerez jamais ! Ils vous accueilleront chez eux sans même avoir besoin de s’assurer de qui vous êtes vraiment, ils ressentent le besoin de vous nourrir jusqu’à ce que vous ne puissiez plus manger, ne vous étonnez pas si vous êtes invité à boire « Atay » c’est le thé à la menthe marocain, cette délicieuse boisson est composée de thé en poudre, de sucre, d’eau et de menthe fraîche (ou chiba – Artemisia arborescens – en hiver), lors de la cérémonie du thé, ils vous raconteront toutes les histoires que vous pourriez avoir besoin ou non de savoir sur leur terre et vous guidera tout au long de votre voyage. Quant aux jeunes ? Ils vous présenteront le mélange de culture sous tous ses aspects possibles et vous apprendront ce que signifie vraiment s’amuser ici.

La diversité culturelle du Maroc

Dans le préambule de la Constitution de 2011, il est affirmé que le Maroc est un Etat musulman souverain, attaché à son unité nationale et à son intégrité territoriale, le Royaume du Maroc entend préserver, dans sa plénitude et sa diversité, son identité nationale une et indivisible. identité. Son unité est forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamiste, berbère [amazighe] et saharo-hassanique, nourrie et enrichie par ses influences africaines, andalouses, hébraïques et méditerranéennes. La prééminence accordée à la religion musulmane dans le référentiel national est conforme à l’attachement du peuple marocain aux valeurs d’ouverture, de modération, de tolérance et de dialogue pour la compréhension mutuelle entre toutes les cultures et les civilisations du monde.

Le riche passé historique du Maroc se reflète dans sa culture moderne. Les aliments, les langues, l’art et les monuments du Maroc sont une fusion des diverses ethnies, religions et nationalités qui ont marqué la culture marocaine.

Un acteur clé dans la promotion du dialogue interreligieux

Le Maroc a toujours été un modèle exceptionnel de coexistence culturelle et d’interaction entre l’islam, le judaïsme et le christianisme. Cette tradition remonte à des siècles lorsque les dynasties marocaines régnaient sur l’Espagne (Andalousie). Ce riche passé historique allié à une longue tradition de diversité religieuse et de tolérance l’a conduit à jouer un rôle de pionnier dans le dialogue interreligieux et dans l’alliance des civilisations.

Le rôle du Maroc dans la protection des Juifs

L’histoire des Juifs marocains remonte à l’époque préchrétienne lorsqu’ils accompagnaient les commerçants phéniciens lors de leurs expéditions commerciales à travers l’Europe et l’Afrique du Nord. La reconquête progressive de l’Espagne musulmane par la reine Isabelle et son appel à chasser tous les Juifs du Royaume et de ses territoires en 1492 ont conduit à un exil massif. Le Maroc a abrité une grande partie des réfugiés juifs fuyant la persécution et la conversion forcée au christianisme pendant l’Inquisition espagnole, perpétuant ainsi la longue tradition de coexistence pacifique entre musulmans et juifs datant du 7ème siècle.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que le Maroc était placé sous protectorat de la France, le roi Mohammed V a fermement refusé d’appliquer les lois du gouvernement français de Vichy et de transférer les Juifs marocains dans des camps de concentration.

Aujourd’hui, le Maroc compte une communauté juive dynamique, avec des synagogues et des écoles florissantes. Les membres de la communauté juive ont joué et continuent de jouer des rôles clés dans la vie politique marocaine, tels que conseiller royal principal, ambassadeur itinérant et candidats parlementaires.

Préservation des sites du patrimoine juif

Les sites du patrimoine juif du Maroc sont parmi les plus visités au monde, ils se composent de synagogues, de cimetières, de zaouias et de mellahs, tous conservés respectivement dans les anciens quartiers juifs des médinas.

Les sites du patrimoine juif au Maroc sont régulièrement rénovés et préservés afin de garantir qu’ils restent une partie du patrimoine marocain. Le gouvernement du Maroc les protège tous et viennent d’être considérés comme des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le roi Mohammed VI s’est personnellement impliqué dans la restauration des cimetières juifs à travers le Maroc et dans la réhabilitation du quartier juif du XVIe siècle de Marrakech, notamment en faisant restaurer son nom d’origine (Mellah).

Le Maroc abrite également le seul musée juif du monde musulman. Le Musée du judaïsme marocain a été créé par la communauté juive de Casablanca en 1997. C’est un musée d’histoire et d’ethnographie, et détient un trésor d’objets de collection tels que des menorahs de Hanoucca, des lampes à huile, des contrats de mariage et des costumes traditionnels. Il dispose également d’une bibliothèque et d’une vidéothèque.

Enseignement de la langue amazighe au Maroc

Afin de préserver le patrimoine berbère (amazigh) du Maroc, le roi Mohammed VI a créé l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM). L’Ircam est chargé du maintien et de la promotion des langues amazighes et de la préservation du patrimoine national du Maroc. Avec l’adoption de la Constitution de 2011, la langue amazighe, qui compte trois dialectes (tarifit, tashelhit et tamazight), a obtenu le statut de langue officielle. C’est une première en Afrique du Nord et au Sahel où le berbère est aussi parlé.

L’amazigh est désormais enseigné non seulement dans les écoles primaires, mais aussi dans certaines universités marocaines. Les universités d’Agadir, de Fès et d’Oujda ont chacune créé un département d’études amazighes pour améliorer l’enseignement et l’apprentissage de la langue et de la culture. Jusqu’à 7,5 millions ou environ 30% des Marocains sont de langue amazighe.

Hassania : Plus qu’un dialecte, une source inépuisable de sagesse

Le Hassania est un dialecte arabe parlé dans une vaste zone géographique s’étendant des régions sahariennes du Maroc au fleuve Sénégal (en Mauritanie). Le Maroc a entrepris un certain nombre d’initiatives pour préserver et promouvoir sa culture saharo-hassani. Quatre bibliothèques publiques ont été ouvertes et de nombreux festivals culturels et musicaux sont organisés dans différentes villes sahariennes du Maroc (Dakhla, Laayoune, Tan Tan). Un club culturel, une médiathèque, un musée (Dakhla), un Institut de la musique hassani et un Centre de préservation de la culture hassani ont également été créés. Bien que la culture hassani soit essentiellement orale, le Centre a collecté 400 manuscrits de poésie hassani.

La culture : catalyseur de développement humain, social et économique

Le Maroc connaît un boom culturel grâce à ses festivals internationaux renommés et aux grandsa projets lancés par le roi Mohammed VI pour transformer le Maroc en une importante destination artistique. Il a acquis une attention internationale en attirant des artistes de renommée mondiale dans ses nombreux festivals de musique, tels que « Mawazine », « Jazzablanca », le « Fez Festival of World Sacred Music » et « Essaouira International Gnawa Festival ». Ses dix-huit festivals de cinéma, qui se déroulent chaque année au Maroc tels que « Le Festival International du Film de Marrakech » sont l’occasion de présenter des films locaux et internationaux et de promouvoir les arts et l’industrie cinématographique.

En octobre 2015, la ville de Rabat a inauguré le Musée Mohammed VI d’Art Moderne et Contemporain, conformément à la volonté du Roi Mohammed VI de faire de la culture un catalyseur de développement humain, social et économique et de doter le Maroc d’équipements culturels de premier plan qui favoriser la créativité et la démocratisation culturelle. Le musée cherche à créer des ponts avec diverses institutions et fondations internationales pour servir un public plus large. Toujours en octobre 2014, le roi Mohammed VI a lancé la construction de grands théâtres à Casablanca (plus grand théâtre d’Afrique) et à Rabat (conception Zaha Hadid).

Industrie cinématographique au Maroc

La position géographique et les paysages uniques du Maroc en font une destination d’investissement attrayante pour les plus grands acteurs de l’industrie cinématographique. Depuis plus d’un siècle, le Maroc est l’un des principaux sites de tournage de films au monde. La ville de Ouarzazate (surnommée « Ouarzawood ») se trouve aux portes du Sahara et ses studios de cinéma sont devenus l’une des destinations préférées de nombreux réalisateurs tels que Ridley Scott, Martin Scorsese et Paul Greengrass.

Le gouvernement du Maroc a adopté de nouvelles incitations en 2017 pour promouvoir le tournage au Maroc. Tous les matériels et services utilisés dans le tournage des étrangers sont exonérés de taxes (20%) et les procédures douanières pour importer les équipements techniques et machines nécessaires au tournage sont facilitées. Parmi les films les plus populaires tournés au Maroc figurent Le chevrier marocain de Louis Lumière en 1897, « Lawrence d’Arabie » (1962), « The Living Daylights » (1987), « The Last Temptation of Christ » (1988), « The Mummy » (1999), « Gladiator » (2000), « Black Hawk Dowm » (2001), « Kingdom of Heaven » (2005), « Kundun » (1997), « Babel » (2006), « The Bourne Ultimatum » (2007 ), sex and the city 2 (2010), « Salmon Fishing in the Yemen » (2011), « American Sniper » (2015), Mission Impossible (2015), John Wyck 3 (2019) et des extraits de la série télévisée « Game of Thrones », « Homeland », « Tyrant » et « Prison Break » ont également été tournés au Maroc.

Patrimoine culturel marocain

Connaître le patrimoine culturel marocain passe par un clin d’œil à l’histoire, la géographie, la faune, la flore, les couleurs, les sons, les images et leur expression chez les Marocains. Cette connaissance passe aussi par un travail approfondi et un regard difficile sur les autres frontières qui viendront compléter le parcours d’initiation ou de prospection culturelle. Au sens large, la culture peut aborder des secteurs et prendre en compte naturellement divers aspects culturels dans leur processus d’élaboration et de production : audiovisuel, développement régional, emploi et formation, recherche et développement, information et communication, tourisme et entreprise.

Musées

Tanger Tétouan Meknès Rabat Fès Marrakech

Musée des arts marocains dar el Makhzan : collections de différentes régions musée archéologique : superbe mosaïque romaine des Trois Grâces Musée Dar Jamaï musée archéologique Musée des Oudayas : collection de tapis Musée Dar Batha : musée de la céramique marocaine Dar Si Saïd .

Le Maroc compte des musées qui regroupent des objets culturellement et scientifiquement de haute importance. Ces objets enseignent sur le Maroc préhistorique, carrefour des civilisations, aciérie, berbère ou arabe. Des sites à haut contenu scientifique livrent régulièrement des secrets sur le fait qu’ont été la vie, la faune et la flore, à travers des millions d’années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Les meilleures activités de randonnée et d'escalade au Maroc

Les meilleures activités de randonnée et d’escalade au Maroc

tapis marocain

Tapis Marocain